f
Création d’entreprise : penser à la publicité Création d’entreprise : penser à la publicité
Comment obtenir de la publicité est un thème épineux et presque toujours ignoré ou vu avec hostilité par ceux qui font des affaires en... Création d’entreprise : penser à la publicité

Comment obtenir de la publicité est un thème épineux et presque toujours ignoré ou vu avec hostilité par ceux qui font des affaires en Italie.

A lire en complément : Comment bien choisir sa voiture d'occasion ?

Pas étonnant de cette attitude car en Italie 95% des entreprises tombent dans la catégorie des « micro-entreprises » et ne viennent même pas à la définition de « petites entreprises », ce qui contribue à la création de la catégorie des soi-disant PME avec des entreprises de taille moyenne.

Toutes les activités qui comptent moins de 10 salariés et dont le chiffre d’affaires n’excède pas 2 millions d’euros sont considérées comme des micro-entreprises. Plus de 4 100 000 envois à la TVA en Italie sont conformes à cette définition, constituant en pratique l’ensemble de l’économie réelle qui déplace et soutient le pays.

A découvrir également : GPS Mappy : ce que j'en ai pensé

En Italie, on ne parle jamais ou presque jamais de cette réalité, et le gouvernement et les institutions en général ne semblent rien faire pour soutenir ceux qui constituent le poumon économique de l’Italie elle-même.

Pour aggraver la situation, un micro-entrepreneur dans presque tous les cas est un ancien travailleur spécialisé ou un technicien qui a décidé de « se mettre seul » après avoir travaillé pour quelqu’un d’autre.

Cela le rend souvent très apte à penser ou à produire des produits et des services même d’excellente qualité, mais il manque énormément quand il parle de la façon de les promouvoir et ensuite comment trouver de nouveaux clients pour son activité.

Avec des produits et des services de qualité, mais avec des clients nuls ou peu nombreux, la microentreprise est condamnée à une défaillance rapide.

Comme si cela ne suffisait pas, la seule façon dont un entrepreneur italien a toujours eu à se faire de la publicité est la façon de « faire des choses à la maison » (peut-être confier la création de dépliants et de brochures à la petite-fille nouvellement embauchée et nouvellement nommée dans le « marketing ») ou de confier de l’argent à :

  • les vendeurs de publicité ;
  • agences de publicité.

Aucune de ces trois routes n’est la route Correct. Voyons ensemble pourquoi et comment remédier aux besoins réels et aux possibilités d’un véritable entrepreneur italien.

Comment faire de la publicité si vous avez un budget microscopique

La majorité totale des entrepreneurs en Italie n’allouent pas presque n’importe quel type de budget annuel pour se faire connaître et attirer de nouveaux clients.

C’ est parce que l’on pense que la publicité est une chose réservée uniquement aux « grandes entreprises », qu’avec la publicité vous venez de jeter de l’argent et qu’elle ne fait rien à ceux qui ont une petite entreprise, avec des flux de trésorerie réduits et des confiations bancaires déjà à la limite.

Et en partie, les entrepreneurs italiens qui raisonnent de cette façon ont tout à fait raison.

En fait, j’écris précisément pour ceux qui ont :

  • une petite exploitation ;
  • un magasin ;
  • une étude ;
  • une entreprise indépendante comme le dentiste, comptable et encore plus
  • pour ceux qui ont des activités qui fonctionnent à un niveau local comme la plupart de la TVA italienne.

Comment faire de la publicité a presque toujours eu comme une réponse « juste ne le faites pas » ou pire, dans certains cas.

Quiconque finit par acheter de la publicité auprès d’un vendeur finit par acheter des espaces dans un journal local, à la radio ou à la télévision.

Il achète simplement les espaces la plupart du temps, puis « l’équipe créative » des médias achetés s’occupe de faire tout ou presque tout le travail.

Quiconque s’appuie sur la mythique « agence de publicité » traite avec des individus qui ont simplement singe pour une micro-entreprise ou une PME, le marketing et la publicité qui est faite par de grandes entreprises , souvent multinationales, cotées en bourse et en général avec une marque et capital indisponible pour le pauvre homme.

Donc, vous finissez par dépenser beaucoup d’argent sur les concepts des résumés tels que « diffusion de la marque », « image », « présence » et « viralité ».

Sauf copier les grandes sociétés, le marketing est aussi stupide que pour un écureuil d’essayer d’agir comme un lion.

Lieu que les grandes entreprises ont leurs propres (stupide dans la plupart des cas) raisons de faire du marketing d’image, créatif, institutionnel etc… vous en tant que propriétaire de petite entreprise devrait plutôt suivre un « régime » pour votre publicité beaucoup plus simple.

Chaque petit et micro entrepreneur en Italie a un seul but lorsqu’il investit dans la publicité, qui est de trouver plus de clients pour vendre plus .

Lorsqu’ une grande entreprise fixe un budget pour une campagne publicitaire et cible une agence, elle a ceci à l’esprit comme une échelle prioritaire :

  1. Plaisir les membres du conseil d’administration et divers administrateurs (qui ne comprennent RIEN commercialisation dans presque tous les cas) ;
  2. Actionnaires, fournisseurs et partenaires agréables ;
  3. Se montrant « cool » pour le marché boursier ;
  4. Montrez-vous de la manière appropriée pour les médias ;
  5. la création d’une « identité de marque » ;
  6. Gagner des prix dans divers festivals publicitaires ;
  7. Vendez plus.

Lorsqu’ une agence de publicité accepte votre poste ou « remporte la course » pour votre campagne publicitaire, elle a pour objectifs :

  1. Facturation ;
  2. Plaisir les administrateurs espérant recevoir d’autres affectations à l’avenir (bien que les idées agréables des administrateurs soient un détriment pour l’entreprise) ;
  3. Vous faire de la publicité en disant « J’ai fait campagne pour l’entreprise X » ;
  4. Gagner des prix dans divers festivals publicitaires ;
  5. Je te fais vendre quelque chose.

Mais ce modus operandi est délétère à long terme pour une petite réalité.

Votre échelle de priorité est plutôt composée comme ceci :

  1. Vendez plus. Maintenant.

Comme vous le voyez, il y a un énorme conflit entre les priorités d’une grande entreprise pour satisfaire l’ego de tous les protagonistes impliqués lors de l’achat d’une campagne de marketing et vos besoins liés à la compréhension de la façon d’obtenir de la publicité pour vendre plus dans les plus brefs délais possibles.

Il y a aussi un énorme conflit d’intérêts entre ce qui est prioritaire pour vous et qui vous vend une campagne publicitaire. Surtout dans presque tous les cas où nous parlons de campagnes « créatives » et non mesurables.

En tant que micro, petit entrepreneur, marchand, commerçant ou pigiste, que vous preniez soin de votre marketing de première main (comme vous devriez le faire pour acquérir les bases avant d’essayer de le déléguer à quelqu’un à l’intérieur ou à un fournisseur) ou qui confie directement votre marketing à une « agence » traditionnelle ou « web », vous devez suivre ces deux règles simples que je vous montre maintenant :

  1. Vous dépenserez 1€ sur le marketing si vous récupérez immédiatement 2€ ou 20€ rapidement et qu’ils peuvent être tracés et tracés directement et sans équivoque à ce €1 que vous avez dépensé.
  2. Vous ne dépenserez plus jamais 1€ sur le marketing et la publicité qui ne vous ramènera pas directement et rapidement 2€ ou 20€.

Ce sont deux règles très simples que j’ai apprises au début de ma carrière en tant que marketeur chez Dan Kennedy et qui ont toujours pointé mon chemin dans le monde de « comment obtenir de la publicité pour trouver de nouveaux clients ».

Comment obtenir de la publicité : Les Dix Commandements

A partir de maintenant, si vous êtes propriétaire d’une petite entreprise ou indépendant, vous vous engagerez immédiatement à vous faire de la publicité et à le faire selon ce décalogue.

Que vous faites de la publicité en ligne, sur le web avec Facebook, Google annonces, Twitter ou où vous voulez, ou si vous envoyez des cartes postales, acheter de l’espace dans le journal, dépenser des lettres, acheter des passages à la radio locale ou imprimer des dépliants, vous vous en tiendrez à ce décalogue comme si cela dépendait de votre propre vie.

Et d’une certaine façon c’est vrai parce que sur ce décalogue dépend la vie de votre entreprise et votre capacité à attirer de nouveaux clients ou non.

Comment faire l’objet d’une publicité :

Règle # 1 : Il y aura toujours au moins une offre ou plusieurs offres. Offre non pas dans le sens de « discount », mais avec la signification de « Call to Action » ou « Call to Action » en anglais. « Agissez maintenant pour avoir ce truc. » Nous ne parlons pas nécessairement de produits ou de services à vendre. Parlons des appels à l’action même aussi simple que « cliquez ici pour recevoir cette vidéo gratuite » ou « Laissez votre email ici pour recevoir ce coupon. »

Règle # 2 : Il y aura toujours une raison de répondre maintenant. Qu’il s’agisse d’une quantité limitée, d’une offre ponctuelle, d’une offre spéciale, d’une édition unique etc…

Règle no 3 : Il y aura des instructions claires et détaillées sur la façon de répondre. L’appel à l’action ne doit pas être vague ou timide et doit contenir des instructions précises à la preuve de l’ignoramus numérique ou de quelqu’un qui n’a jamais répondu dans sa vie à une annonce. Dans le cas des numéros de téléphone à appeler doivent être clairement indiqués, avec des flèches de référence pour la sécurité et, s’ils sont parlés à la radio, ils doivent être marqués clairement et lentement. Peut-être plusieurs fois.

Règle 4 : Chaque annonce individuelle sera suivie et mesurée. Dans le cas d’annonces sur papier, vous devez prendre le coupon avec vous ou prononcer un code de référence à l’accompagnateur qui répond au téléphone. Dans le cas d’annonces diffusées à la télévision ou à la radio, un numéro de téléphone spécifique pour cette campagne spécifique et/ou une page de destination spécifique doivent être utilisés dans tous les cas.

  • Vous n’enverrez JAMAIS de trafic vers votre site générique sans créer une page de destination spécifique.
  • Vous n’enverrez JAMAIS des clients sur le numéro de téléphone de votre entreprise générique, mais vous recevrez un numéro pour chaque campagne.
  • Vous ne publierez jamais sur papier imprimé toute publicité, pas de bon, pas d’offre, pas de coupon, sans ajouter un code d’identification à prononcer pour recevoir cette offre ou à livrer en main à la ‘commis de vente, commis, serveur, préposé au comptoir etc…

Règle # 5 : La diffusion de votre logo, de votre marque et de votre « image d’entreprise » sera toujoursun sous-produit et une conséquence d’une campagne de réponse directe et tracée. Non vous n’achèterez plus jamais de publicité institutionnelle, d’image et de publicité créative dans le but de « vous faire savoir ». Que ce soit pour vous, les agences de publicité pourraient mourir de faim le matin. Tous et avec leurs prix remportés au Festival de la publicité à Spennagalli sul Tarello.

Règle # 6 : Il y aura toujours une suite à votre premier message. Vous ne dépenserez plus jamais 1€ qui n’est pas prévu pour une campagne en plusieurs étapes.

  • Dans le cas d’une publicité sur une liste, vous enverrez des courriels en ligne ou des lettres et des cartes postales hors ligne toujours à des multiples d’au moins trois soumissions.
  • Vous ne compterez jamais sur la soumission unique pour obtenir un résultat.
  • Dans le cas des bulletins papier, vous produirez un numéro que vous déciderez au cours de l’année et continuerez à les distribuer en permanence tout au long de votre vie.
  • Vous poursuivrez les clients potentiels en ligne avec des systèmes de suivi et de « remarketing ».
  • Dans le cas de la publicité à de nouveaux les clients sur le web veilleront à ce que la première étape de votre campagne soit toujours d’acquérir leurs coordonnées, au niveau minimum d’un e-mail pour pouvoir effectuer un suivi.

Règle # 7 : Tout ce que vous écrivez, sera écrit par la rédaction avec réponse directe, décidé et au point et non par l’écriture « créative », des mots, des allusions, hyperbolus et des faits de référence stupides comme cela arrive dans le marketing instantané que vous devez esquiver comme une tumeur maligne.

Vous compterez sur mon équipe Scrivenda pour créer une campagne de réponse directe qui apporte des résultats cohérents et croissants ou avec une expérience éprouvée sur la façon de faire de la publicité directement et non sur la base de biennités créatives.

Marketing instantané, une peste mortelle que vous devez éviter comme la peste pour le bien de votre entreprise.

Règle n° 8 : En général, quelle que soit la forme de publicité dans laquelle vous investissez devra être une réponse directe.

La publicité avec des slogans ou un petit texte au-dessus de tout texte « créatif » doit immédiatement vous laisser échapper sur les jambes du vendeur en service.

Règle n° 9 : Seuls les résultats comptent et ne comptent que les résultats mesurables en argent.

  • Le bavardage est à zéro.
  • Les modes se tiennent à zéro.
  • « Mais Barilla aussi » se tient à zéro.
  • Vous ne dépenserez jamais 1€ qui ne rapportera pas immédiatement 2€, 3€ ou un multiple de ces chiffres, de manière mesurable et traçable.
  • Vous exigerez que les systèmes de suivi vous soient montrés à l’avance AVANT de payer tout fournisseur externe qui souhaite s’occuper de vos campagnes.

Règle # 10 : Vous garderez votre entreprise sur un régime serré basé sur le marketing direct, traçable et mesurable jusqu’à ce que vous ayez créé une machine automatisée capable de vous offrir un flux constant de nouveaux clients aussi longtemps que vous en avez besoin.

Comment faire de la publicité en choisissant le bon outil

Les possibilités et les outils de publicité sont infinies ou presque et il est donc nécessaire de ne pas tomber dans le « bloc de choix » ou la paralysie de la décision en raison d’un trop grand nombre d’options, de faire une analyse des outils disponibles et de comprendre dans quoi investir d’abord.

Pour commencer, vous devez savoir si vous devez commencer par un outil en ligne ou hors ligne, par exemple. Certes, vous ne pouvez pas épuiser le sujet dans un seul article, mais quelques directives que vous devez leur donner.

Je ne suis pas un fanatique en ligne, en fait. Je suis un fanatique de ce qui fonctionne dans le cas spécifique.

Pour TOUT LE MONDE, les campagnes qui suivent le décalogue susmentionné et il n’y a pas de « secteurs différents » ou de « clients très spéciaux ». Précisé ceci, le milieu à utiliser varie selon le cas.

À partir des bases de la façon de faire de la publicité en ligne :

  • Si le public cible est assez grand, il y a une demande consciente (c.-à-d. les personnes qui recherchent activement votre produit ou service sur les moteurs de recherche), le secteur n’est pas déjà dépassé par de grands portails ou des concurrents qui poussent le CPC (Coût par clic) trop élevé et vous avez assez d’argent, alors les annonces sur Google peuvent être un pour évaluer sous toutes ses formes.
  • S’ il n’y a pas de forte demande consciente, un autre type de campagne devrait être mis en place pour intercepter la demande latente, c’est-à-dire ceux qui, pour des intérêts similaires, pourraient être intéressés par ce que nous proposons, vous pouvez développer une campagne à partir des annonces Facebook.
  • Dans le cas où le public est B2B, après une analyse préliminaire et de faisabilité, il peut être évalué pour intercepter avec précision cibler des audiences par le biais d’annonces sur Linkedin.
  • Il y a aussi la possibilité de créer des annonces sur Twitter, mais pour une personne qui commence, il est préférable de se concentrer d’abord sur Google, Facebook et LinkedIn (pour le B2B).

En sortant hors ligne, le discours est presque le même parce que les outils en ligne ne font que « répliquer » sur le web les caractéristiques de chers vieux outils du passé.

  • Si vous avez un public spécifique et étroit de clients que vous savez où ils sont (commerçants, restaurateurs, architectes, avocats et en général quel que soit le public qui est « extractible » et identifiable dans ses locaux), vous n’avez pas besoin de « faire le long tour » et « aller les chercher en ligne ». Vous pouvez facilement les joindre avec des outils de réponse directe très efficaces, basés sur papier, tels que la lettre de vente, les cartes postales, les bulletins d’information papier, les colis surprise.

Pour le pirla que : « Mais le papier est mort, aujourd’hui vous devez regarder vers l’avenir comme noigjuveniles, tout est vairal, guérillaz, sociahl, ninjaz, web asanaganawein ! » il est important de savoir que Google lui-même, afin de vendre les entreprises le fait d’investir dans la publicité en ligne, le fait avec de bonnes vieilles lettres de vente en papier avec un bon de réponse directe joint.

La publicité papier que Google vous envoie pour vous convaincre d’acheter de la publicité en ligne 🙂

  • Si vous avez un public qui n’est pas facilement découvrable en tant qu’entreprise ou un cercle d’exposants ou de professionnels, mais que vous savez qu’ils lisent un certain type de journal ou encore un meilleur secteur de magazines , investir dans une publicité à réponse directe dans ce magazine est un excellent choix. Peut-être vérifier s’ils nous permettent de faire même un DEM (c’est-à-dire sans jargon technique, de « louer » leur pour envoyer des communications commerciales par e-mail via eux) sur leur liste d’abonnés.

Si, par exemple, votre public potentiel était des camionneurs, vous pourriez acheter un morceau de page pour tester vos annonces dans des magazines de l’industrie comme celui-ci :

Rechercher dans le kiosque des magazines de niche que votre public lit et sur lesquels vous pouvez faire de la publicité

  • Si vous travaillez localement et que vos produits sont adaptés à un créneau apparemment moins créneau mais plus « de masse », la radio locale et les télévisions locales sont à explorer. Les téléviseurs locaux ont généralement un public plus « mature », alors vérifiez s’ils se marient avec votre produit, ou choisissez et dirigez-vous jusqu’à ce que vous trouviez une radio locale qui répond à vos besoins.

Qu’ il soit clair que le script pour la radio que vous devez construire vous-même, tout comme si c’était une lettre de réponse directe récité.

Si vous vous limitez à « acheter de la publicité » à la radio en laissant faire la réalisation des publicités au « studio de marketing » qu’ils ont à l’intérieur et vous ne comprenez pas que le marketing que vous j’enseigne est quelque chose que vous savez et vous devez maîtriser, assurez-vous que dans 99,9% des cas, vous allez flamme le budget et n’obtenir aucun retour.

Comment obtenir de la publicité sans jeter de l’argent inutilement

À ce stade, il devrait être assez clair qu’à la question « Comment faire de la publicité » si vous êtes une petite entreprise ou un pigiste est répondu d’une seule façon : « En amenant le client à agir rapidement d’une manière mesurable ».

Donc, pour soutenir tous ceux qui pensent ou ont toujours pensé que la publicité est une perte de temps et d’argent, sachez que vous avez toujours eu raison.

Publicité destinée à « Farsi savoir », faites-nous savoir que nous existons, publicité d’image, publicités « institutionnelles » et « créatives », ainsi que tous les canulars qui fonctionnent sur le web tels que « visibilité », « viralité », « marketing instantané », « nombre de clics », « nombre de visites sur le site » etc… n’ont rien à partager avec votre unique et besoin immuable qui est :

« Vendre quelque chose. Maintenant ».

Une fois que nous aurons testé et trouvé la forme de trafic la plus appropriée pour nous, nous devrons donc décider de l’action que nous voulons prendre à notre client.

Le principe de base est toujours le même : créer une annonce qui fait que le client prenne une action, ce qui est le début d’un processus peut-être en plusieurs étapes qui le conduiront à devenir notre client.

Évidemment, la différence ne réside pas dans le processus, pas dans notre entreprise, mais dans l’ordre des étapes que nous voulons faire de notre client potentiel.

Si un restaurateur dans certains cas peut-être peut offrir un bon pour un repas à un rabais élevé ou un cadeau sucré ou une formule « aujourd’hui les enfants mangent gratuitement » etc… et voir immédiatement un retour de son annonce même dans quelques heures ou dans certains cas minutes, peut-être ce n’est pas le même genre de action que nous voulons effectuer un client qui doit acheter une cuisine de luxe.

Personne qui peut être invitée à télécharger un catalogue spécial, accéder à une zone réservée sur notre site pour télécharger des documents confidentiels, être invitée à un événement spécial derrière des portes closes à suivre et à transformer en client dans les prochaines étapes etc..

Dans tous les cas, chaque modèle d’affaires a besoin des trois mêmes choses :

  1. Une source de trafic ;
  2. Un appel clair à l’action pour le faire effectuer une action ;
  3. Une série d’actions mesurées et programmées en amont pour en faire un client.

Juste ces trois choses.

Que vous vendiez des roquettes, des pizzas, des conseils juridiques ou que vous soyez plombier, maçon ou agent de voyage etc…

Lorsque vous avez perfectionné ces trois étapes à partir d’une source de trafic, vous pouvez répéter le même mécanisme en explorant et en maîtrisant d’autres sources de trafic et en augmentant la base de vos clients potentiels.

Plus vous ne voulez pas essayer de comprendre comment vous faire de la publicité correcte pour une PME ou un freelance ou vous limiter à une seule source de trafic, plus votre entreprise sera à risque.

Le plus de sources de trafic vous apprendrez à maître, plus au fil du temps votre entreprise deviendra solide et inattaquable selon le modèle Parthenon de Jay Abraham.

Vous voulez maîtriser comme un vrai professionnel l’art de la façon de vous faire de la publicité pour trouver de nouveaux clients et devenir le protagoniste de votre industrie dont tous vos concurrents auront peur et dont ils ressentiront une énorme envie après avoir vu vos résultats ?

Cliquez maintenant sur l’image ci-dessous et rejoignez moi et mes professeurs, Dan Kennedy et Jay Abraham à Vienne pour Marketing Snack. Ne laissez pas vos concurrents s’inscrire avant vous et vous laisser dans un coin juste après la fin du parcours ! Le temps se resserre et les sièges seront bientôt épuisés. Alerté par l’homme.

Show Buttons
Hide Buttons