Inès Reg : taille, âge et biographie de l’humoriste

214
Partager :

Qui n’a jamais entendu parler de cette fameuse réplique « J’veux des paillettes dans ma vie Kevin ! ». Inès Reg est l’humoriste qui a fait le buzz grâce à cette vidéo. Son physique ne laisse pas indifférent et d’ailleurs, la question de sa taille et de son âge revient souvent. Vous aussi, vous êtes curieux à son sujet ? Découvrez dans cet article la biographie d’Inès Reg.

Inès Reg : Une enfance parisienne

Inès Reg est née à Paris dans le 11e arrondissement le 20 Juillet 1992. L’humoriste va donc avoir 30 ans cette année. De son nom complet Inès Reghioua, elle grandit à Paris avec son père, directeur d’une entreprise de vente de pâtes, et sa mère, décoratrice d’intérieur. Elle a aussi une sœur aînée qui a décelé dès son jeune âge ses talents pour l’humour.

A lire aussi : Quel jeu de société pour toute la famille ?

Elle passe une enfance parisienne ordinaire et sa mère l’emmène voir des spectacles lorsqu’elle décroche de bons résultats à l’école. Ayant fréquenté le collège Félix-Esclangon, puis le lycée Jean-Baptiste-Corot, Inès Reg se fait remarquer en faisant rire la galerie.

Avec sa petite taille (elle mesure aujourd’hui 1 mètre 50), Inès Reg est victime de harcèlement scolaire. Elle a d’ailleurs déclaré au Parisien « On m’appelait la naine. On me donnait du Mimie Mathy 24 heures sur 24. On me mettait des choses en hauteur pour que je ne puisse pas les attraper, ça a été très compliqué à vivre.» Face à cette situation, l’adolescente a su rebondir en faisant preuve de répartie grâce au soutien de ses proches. « Ma mère et mes oncles m’ont appris à en rire, à avoir de la répartie pour que ça devienne une force », a-t-elle ajouté dans ses déclarations.

A voir aussi : Soirée cocktail : comment bien choisir sa robe de soirée  ?

Inès Reg : Des études partagées entre le droit et le cours Florent

Après son baccalauréat littéraire, Inès Reg décide de poursuivre ses études en droit dans l’optique de devenir avocate. Mais en parallèle, l’appel des planches a été plus fort et elle s’est aussi inscrite au cours Florent. Elle se révèle plus douée pour les comédies que les tragédies malgré avoir joué Molière ou Racine.

Après un an à essayer de jongler entre ses études partagées, elle décide d’abandonner la fac de droit pour se lancer dans sa passion. C’est ainsi qu’en 2012, la sœur d’Inès Reg a décidé de l’encourager dans cette voie en lui louant une petite salle de théâtre à Paris. C’est grâce à cette représentation unique plutôt réussie qu’Inès Reg décide de faire carrière dans le stand-up.

Inès Reg : Ses débuts à écumer les cafés théâtres

Quelques semaines après son spectacle offert par sa sœur, Inès Reg décide de se présenter un peu partout. Elle se heurte à la difficulté du monde du spectacle car elle a enchaîné les cafés-théâtres en se faisant même payée au chapeau. Cela ne l’empêche pas de persévérer notamment avec les vidéos humoristiques qu’elle poste sur les réseaux sociaux.

En 2013, elle est sélectionnée pour passer au Jamel Comedy Club où elle va commencer à se faire un nom. Mais le moment où tout commence à s’accélérer pour l’humoriste, c’est en 2019 lorsque sa vidéo « C’est quand qu’tu vas mettre des paillettes dans ma vie Kevin » a fait le buzz sur le web.

Inès Reg : Sa carrière dans le spectacle

Elle est invitée à participer au Marrakech du Rire où sa prestation a fait mouche pour ensuite enchaîner les plateaux télé comme dans l’émission Quotidien ou encore l’émission Clique de Canal+.

Sa réplique des paillettes a tellement connu le succès que des ventes sans autorisation de produits dérivés ont commencé à envahir le marché. C’est pourquoi en septembre 2019, Inès Reg a décidé de déposer  la marque « les paillettes dans ma vie » auprès de l’Institut national de la propriété industrielle.

En Octobre 2019, elle se produit sur scène au théâtre de la République avec son spectacle intitulé « Hors-Normes ». Elle rejoint la troupe des Enfoirés en 2020 et a tourné un film avec son mari Kevin (oui, le Kevin de la vidéo) baptisé « Je te veux, moi non plus ! ».

Partager :