Choisir sa rambarde d’escalier : comment s’y prendre ?

98
Partager :

Choisir la rambarde de son escalier n’est pas une mince affaire ! Il y a effectivement de quoi s’y perdre. Or, la sélection de ce composant stratégique de la maison mérite toute votre attention. En effet, une erreur peut vous contraindre à des travaux de remplacement coûteux. 

La rigidité : le critère primordial 

La rigidité et la solidité de la structure sont évidemment le critère numéro un dans le choix d’une rambarde. Une construction bancale ou trop fragile peut avoir des conséquences désastreuses en cas de chute. Privilégiez donc des matériaux durables comme le métal ou le bois traité. La fixation au mur et aux marches doit également être irréprochable, avec des supports solides. 

A lire en complément : Quels types d’actes de naissance peut-on obtenir ?

Certains modèles composites ou en verre trempé offrent également de bonnes performances mécaniques. N’hésitez pas à vous renseigner sur des sites spécialisés comme Inoxkit, vente de rambarde pour escalier, pour comparer les caractéristiques techniques. Sachez aussi que la réglementation impose une résistance minimale aux rambardes, avec un test de charge de 100 kg.  

Enfin, même avec un escalier intérieur peu emprunté, anticipez l’usure du temps. Une conception robuste vous évitera bien des tracas après quelques années d’utilisation.

A lire également : Pourquoi acheter en loi Pinel ?

L’esthétique : un critère secondaire, mais non négligeable !

Bien sûr, le style et l’intégration esthétique jouent aussi dans le choix de votre garde-corps. On veut généralement un ensemble harmonieux et cohérent avec la déco intérieure. Toutefois, gare à ne pas trop céder aux sirènes de la tendance au détriment du reste ! 

Ainsi, la rambarde en corde tressée peut sembler charmante dans un cottage campagnard. Attention cependant à ce que le matériau résiste bien à l’humidité et aux UV dans les escaliers peu éclairés. Les modèles en verre, quant à eux, ont beaucoup de cachet, mais obligent à un entretien pointilleux.

De façon générale, méfiez-vous des designs extravagants qui pourraient vite passer de mode. Jouez plutôt la carte de l’intemporel pour un ensemble cohérent avec vos autres choix d’agencements.

S’adapter à son environnement

La configuration de votre escalier, votre situation géographique et même vos habitudes de vie rentreront en compte.

De ce fait, un escalier extérieur en bord de mer nécessitera des matériaux résistants à l’air salin comme l’aluminium ou l’inox. De même pour un hall d’entrée exposé aux intempéries avec beaucoup de passage. 

Pour le dimensionnement, prévoyez aussi une hauteur adaptée à la taille des occupants, notamment pour la sécurité des enfants. Pour un modèle sur-mesure, faire appel à un artisan local est toujours un bon calcul.

Visibilité et sécurité avant tout 

La visibilité à travers les barreaux est également un point crucial, spécialement dans un escalier très emprunté. Évitez les montants trop larges ou trop rapprochés qui nuiraient à une circulation fluide. 

Proscrivez aussi les rambardes avec des parties saillantes ou des extrémités/angles dangereux. Éviter les décors en applique type bois, métal ou plexiglas. Tout ce qui pourrait accrocher un vêtement ou provoquer une chute est à bannir !

Enfin, rappelons que la réglementation impose des vide-mains inférieurs à 10 cm pour la sécurité infantile.

La facilité d’entretien à prendre en compte

Là encore, il serait dommage de faire un choix mal avisé qui transformerait l’entretien de votre rambarde en corvée. Cela vaut notamment pour les escaliers peu accessibles qui nécessitent le recours à un professionnel.

De façon générale, les matériaux avec une surface lisse et non poreuse comme l’inox ou le verre s’entretiennent plus facilement. Le bois ou les mailles métalliques ont tendance à retenir les salissures et nécessitent plus d’attention.

Pour un escalier extérieur, l’idéal reste une conception qui limite les recoins inaccessibles au nettoyage. Vous réduirez ainsi le risque de noircissement des parois par les salissures.

Partager :